AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA SECTION PARTENARIAT EST DE NOUVEAU OPERATIONNELLE ♥️
VOUS ALLEZ RETROUVEZ VOS POUVOIRS ! CELA SE PASSE PAR ICI Very Happy

 :: 
Welcome to New York
 :: The Diamond Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Retrouvailles entre deux verres de scotch" [Quinn & Niklaus] FINIT

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Mar 11 Avr - 20:22
Niklaus avait passé une journée plutôt instructive.
Il avait erré assez longtemps en ville, avait appelé deux agences pour trouver un job, parce qu’il lui fallait des revenus s’il ne voulait pas finir à la rue comme un malpropre, il avait découvert un nouveau quartier plutôt sympa et là, il avait trouvé un bar. Merveilleux !
Il avançait à grand pas vers l’endroit, dans l’idée de passer une soirée alcoolisée. Non, il ne comptait pas boire boire et boire encore. Sa dernière expérience avait été trop loin dans le ridicule pour qu’il ne retente quelque chose comme ça. Il entra dans le bar et inspira un bon coup. Les effluves d’alcool lui sautèrent au nez. Il aurait pu rester une bonne minute, là, debout comme un imbécile à apprécier le brouhaha, le bruit des verres qui s’entre-choquent, le hoquet d’un alcoolique, le froissement de vieux billets verts… Sauf qu’une brute épaisse le bouscula ! Il lui jeta un regard noir mais l’homme le dissuada de lui dire quoi que ce soit. Ici, Klaus n’était pas le plus fort des hommes, il était juste dans la moyenne. A lui d’assumer.

Il se dirigea vers le bar, l’esprit maintenant morose. Il commanda un scotch à une belle blonde qu’il ne calcula pas vraiment sur le coup. L’esprit embrumé à l’idée de défoncer le crâne du mec qui avait osé le toucher lui, il n’avait pas percuté qu’en fait la jolie blonde, il la connaissait. Et ce sursaut de conscience ne lui revînt que lorsqu’on le servit. « Quinn ! » s’exclama-t-il en retrouvant brusquement son sourire. Il ne fit même pas attention à son verre, trop occupé à regarder la blonde qui semblait être la barmaid ce soir. « Je vois que tu as trouvé un emploi » lança-t-il dans l’espoir d’alimenter une conversation. Il saisit son verre à deux mains et le porta à sa bouche pour boire. Il avait croisé Lydia quelques jours auparavant, après un long moment de disette. Il n’avait pas croisé grand monde pendant un bon moment et il s’était sentit d’ailleurs bien seul. La solitude, ça ne lui plaisait pas du tout. Et il était ravi de voir la jeune fille parce que ça voulait dire qu’il ne passera pas une soirée seul.

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Mar 11 Avr - 20:55
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Depuis quelques temps maintenant je travaillais au Diamond, j'avais réussis à convaincre le patron de m'engager d'abord à plein temps avec un salaire divisé par deux et quelques avantages de pourboires et de photos payantes avec des fans, et depuis peu j'avais réussis à faire remonter mon salaire à celui d'un plein temps, en faisant évidemment en sorte de ne pas être sous payée par rapport à un homme. J'étais du genre, depuis le lycée, à faire valoir les droits des femmes et à combattre cette inégalité des sexes.
Aujourd'hui j'avais commencé au service de midi et j'avais continué toute la journée, et j'en aurais pour la soirée. J'avais mes matinées la plupart du temps, ce qui était une bonne chose vu les horaire que je faisais le soir. Ce soir l'autre barman avec qui je faisais ma formation était malade, alors j'avais les rennes. a force de travailler je n'avais plus besoin de lui, mais c'était toujours plus rassurant d'avoir quelqu'un à ses côtés.
On me commanda un Scotch, je pris donc une bouteille, un verre, et servais la personne. Je lui donnais et passais à un autre client. Toujours en gardant un sourire agréable, le sourire parfait était ma marque de fabrique. J'entendis alors mon prénom, j'étais habituée à ce que les gens me reconnaissent, veulent faire une photo. Je tournais la tête vers ce client et reconnus ce vampire que j'avais déjà croisé deux fois auparavant.

- Klaus ! Ça fait un bail dis donc ! Et oui, je travaille ici depuis quelques mois maintenant. Et toi ? Tu traques toujours les gens dans Central Park ?
Codes par Pucky


Mes Codes:
 

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Sam 15 Avr - 17:35
Ce verre de scotch n’était pas le meilleur qu’il ait ingurgité, mais après tous les goûts de Niklaus Mikaelson étaient particuliers. Que ce soit en matière d’alcool ou de femme. Il aimait autant les blondes que le bourbon. Le bon vieux bourbon de la Nouvelle-Orléans. Ça lui manquait. Tout ça lui manquait. Les filles, le bon alcool. Mais il avait une blonde en face de lui, et même s’il ne c’était jamais mis dans la perspective de la courtiser, il devait bien admettre qu’habillée en barmaid, Quinn était particulièrement jolie. Avec un beau tempérament aussi. Toutes les blondes étaient-elles comme cela ? D’ailleurs, la pique de la jeune fille eut le mérite d’étirer un sourire narquois sur les lèvres de l’ancien hybride. «Détrompe-toi » commença-t-il d’une voix douce, « tu as toujours été la seule que j’ai traqué ». On ne changeait pas quelqu’un qui était âgé d’une dizaine de siècle, quand même !

Il s’amusa quelques instants à remuer l’alcool dans son large verre avant de continuer comme si rien n’était : « Je crois avoir remarqué que tu as changé ton circuit de footing c’est dommage j’aime les discussions matinales ». Niklaus avait la fâcheuse tendance à la provocation et cela lui avait plusieurs fois attiré des problèmes. Là, il s’amusait carrément de son caractère flippant et dans une moindre mesure, psychopathe. Si Quinn avait peur uniquement parce qu’il connaissait ses circuits de footing, qu’est-ce que cela pourrait être si elle le voyait dans son état normal ? Enfin normal, où était la normalité finalement ? L’humanité n’était-elle pas une normalité pour lui maintenant ? Être un Originel ne le casait pas trop dans la catégorie des êtres normaux. Pour ne plus penser à cela, il finit son verre qu’il posa sur la table et observa Quinn faire son service. « Comment vas-tu, après tout ce temps sans nous voir ? » demanda-t-il tout naturellement.
Il se passait trop de choses dans cette ville pour que Quinn n’ait rien à lui raconter.

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Mar 18 Avr - 1:37
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Je ne savais pas si je devais le prendre bien ou flipper encore plus de ce type après qu'il me dise que j'étais la seule qu'il avait traqué. Il avait une tête qui m'attirait de la sympathie, ainsi que du répondant, mais son répondant était flippant la plupart du temps. Je me réconfortais dans l'idée que cet ex-vampire n'avait plus de pouvoir et donc que je pouvais lui crever les yeux si il décidait d'être dangereux. Je le fixais quelques secondes avant de finalement répondre " Et j'imagine que tu penses que je devrais en être flattée ? Et ben détrompes-toi. Et j'ai changé dès le lendemain de notre dernière entrevue. J'imagine que ça va t'étonner, mais personne n'aime être épié. "
Ce type était vraiment flippant, mais c'était la seule personne que j'avais vu plusieurs fois dans ce monde, il devenait donc un visage connu. Et pour le moment à part me traquer il n'avait pas été désagréable, sauf lors de notre première rencontre où il me disait comment il aimait tuer des gens. Je nettoyais des verres en attendant une prochaine commande et lui répondais " Et bien depuis quelques mois je travaille ici. J'ai arrêté de passer mon temps à chercher mes amis, ma famille, ou à halluciner en croyant les voir à chaque coin de rue. J'avance avec ma vie et j'essaye de m'y faire. Et pour toi ? "
Codes par Pucky

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Lun 24 Avr - 11:42
Niklaus avait l’incroyable manie de toujours provoquer les gens. Peut-importe qui ils étaient, ce qu’ils étaient, ce qu’ils faisaient de leurs vies, s’ils étaient ses amis (alliés) ou ses ennemis. L’ancien hybride ne pouvait tout simplement pas s’en empêcher. Il adorait voir le doute dans les yeux des gens, leurs peurs éventuellement. Quinn ne passait pas outre cela. Elle flippait grave, et Niklaus adorait provoquer cela sur son passage, comme s’il était né pour être craint. Elle l’informa avoir changé de parcours dès le lendemain, et il répondit du tac au tac : « En fait je te charrie, le lendemain je ne suis même pas repassé par le parc. Je suis repassé une semaine plus tard, quelque chose comme ça, je me sentais très seul il fallait que je parle à quelqu’un » commenta-t-il presque théâtralement. A n’en point douter, l’ex-vampire aurait fait un excellent acteur. « Mais c’est plus drôle de traquer des gens que l’on ne connaît pas » dit-il comme si c’était évident.

Trève de plaisanterie, il lui avait demandé ce qu’elle faisait désormais. Parce qu’il voulait vraiment savoir. Sans dire qu’il s’inquiétait pour elle parce que ce n’était tout à fait le cas, il avait bien envie que cette conversation se prolonge. Il l’écouta attentivement, sans la lâcher de ses yeux bleus. Il lui tendit son verre, lui faisant outrageusement comprendre qu’il ne voulait pas qu’il reste vide trop longtemps. Elle lui retourna la question et même s’il savait que c’était par politesse, cela lui faisait quand même plaisir. « C’est une bonne philosophie » dit-il en faisant référence au fait qu’elle avait décidé d’avancer un peu, «j’ai retrouvé ma sœur, nous avons emménagé ensemble mais nous avions de toute évidence tous les deux oubliés qu’il nous est impossible de nous supporter dans la même maison » continua-t-il en haussant les épaules comme s’il n’en avait que faire, «du coup, j’ai fait mes affaires et je suis parti ailleurs. Et aussi exceptionnel que cela puisse paraître, je cherche un emploi ».
Niklaus n’avait pas l’habitude de travailler et d’ailleurs, la tête qu’il avait tiré en disant cela le laissait bien comprendre. Mille ans de paresse et de vie surnaturelle pour quoi ? Finir avec un emploi misérable ? C’était tellement rabaissant. Tellement différent de lui. Oh il comptait bien avoir un projet de carrière, quand même. Il comptait grimper des échelons même s’il n’y en avait que deux. Il comptait bien régner sur son futur travail, devenir entrepreneur, peut-être, il ne savait pas. « Je supporte tellement mal l’autorité que je ne suis pas près d’en trouver » lâcha-t-il en regardant son verre se remplir.

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Lun 24 Avr - 17:59
Quinn Fabray a écrit:
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Ça pouvait ne paraître rien qu'il me dise que le lendemain il n'était pas revenu, mais de le savoir ça me rassurait un peu plus. Une partie de moi se disait que Klaus était une personne agréable et sympathique, qui même si il était assez spécial devait être une personne intéressante ; mais cette autre partie de moi me criait que c'était un vampire qui se vantait d'avoir pu me tuer de manières différentes en sortant du métro. Je relevais néanmoins le fait qu'il était revenu parce qu'il avait eut besoin de parler, et c'était avec moi qu'il avait eut besoin de le faire, je voulais savoir pourquoi. " Et pourquoi ne pas avoir été en parler à ta soeur ? Si tu l'a retrouvée et que même si c'est parfois tendu apparemment entre vous, j'imagine qu'elle aurait pu t'écouter, te conseiller. Pourquoi avoir voulu que ce soit moi ? "
C'était marrant de traquer des inconnus ? C'était marrant de traquer quelqu'un tout court ? Ça en disait beaucoup sur lui. Et vu que ça faisait trois fois que l'on se rencontrait, j'aimais penser que nous n'étions plus des inconnus l'un pour l'autre. Si ça pouvait m'éviter d'être vue comme une proie. Je voyais qu'il avait ravancer son verre alors je repris la bouteille de Scotch et le servais en l'écoutant me parler. " Vivre avec sa famille ce n'est pas toujours facile, mais à ta place j'en aurais profité au maximum. C'est normal de ne pas toujours s'entendre avec sa famille, mais à la fin de l'histoire, dans les pires moments c'est eux qui sont présents. " Bien que des amis pouvaient devenir une famille, ce n'était pas toujours les liens du sang qui faisaient réellement une famille. Ça faisait des mois que j'avais regardé la série d'où il venait, après l'avoir rencontré pour la première fois, et je ne l'avais plus vraiment en tête, mais si je me souvenais bien, sa famille était assez soudée malgré les coups bas et les trahisons.
Vu comment il présentait ça, pour le fait qu'il cherchait du travail, ce ne devait pas être une mince affaire pour lui, alors que chercher du travail pour avoir un revenu était quelque chose de très commun, peu importe dans quel monde on vivait. Mais apparemment pas dans le sien. " Bienvenue dans le monde réel ! ", lui dis-je alors. " Tu verras que ce n'est pas si terrible de travailler, et au contraire, c'est même plutôt glorifiant à la fin de savoir qu'on est capable de faire des choses. Et quand tu en auras marre de te faire renvoyer tu apprendras à t'écraser devant un patron. Et puis, tu es un homme, ce sera plus facile pour toi. "
Codes par Pucky

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Ven 28 Avr - 16:43
L’innocence de Quinn face à la situation familiale de Niklaus le fit sincèrement sourire. Sa sœur… Rebekah, cette petite peste. Il aimait sa sœur, c’était avec elle qu’il passait ses soirées quand il était enfant, c’était lui qui la rassurait quand elle avait peur de l’orage, dans cet ancien temps plusieurs siècles auparavant. Peut-être même avait-il longtemps été plus proche d’elle que d’Elijah. Mais il avait la très vague impression que la situation c’était inversée. Il fallait dire les choses telles qu’elles étaient : Ni l’un, ni l’autre n’avait réellement confiance. Ils ne se faisaient pas complètement confiance et Niklaus aurait préféré être poignardé que d’admettre une faiblesse à sa sœur. La fierté, sans doute. Le dédain, peut-être. La peur, probablement.

L’ancien hybride avait déjà eut assez de mal à admettre ses faiblesses à Camille, une simple humaine, il ne pouvait pas en parler à sa sœur, se dévoiler ainsi. Il ne pouvait pas admettre sa solitude, ce dont elle était en plus de ça au courant. Rebekah le connaissait plutôt bien, depuis le temps. « Il est des choses que l’on ne dit pas à sa famille » dit-il sèchement. Klaus ne voulait pas être désagréable avec Quinn mais elle n’était vraiment pas en mesure de comprendre sa situation familiale. « Une règle sacrée chez nous, de ne pas dévoiler nos faiblesses. Nous sommes suffisamment vicieux pour savoir que l’autre pourra l’utiliser contre nous, après » commenta-t-il en prenant une voix plus douce. Peut-être aurait-il été plus à même de discuter avec Elijah. Peut-être, pas sûr. Ça par contre, c’était de la fierté.
Klaus vouait une confiance presque infaillible à son frère. Il lui faisait en tout cas beaucoup plus confiance qu’à Rebekah. C’était comme ça. Elle lui resservit un verre de scotch et il attendit qu’elle eut finit pour en prendre une gorgée, se laissant par là le temps de réfléchir à sa réponse. Il médita un temps sur ses paroles et il comprit qu’il n’était pas vraiment d’accord : « Je ne pense pas que ce soit vrai ». Il rebut une gorgée, comme pour se donner du courage avec une gorge incendiée : « ils peuvent créer les pires moments, surtout quand ils planifient de nous tuer » expliqua-t-il comme s’il parlait de la couleur de la peinture qui recouvrait le bois du bar. Niklaus lui-même avait mit en boîte ses frères et sœurs pendant des centaines d’années, et même s’il acceptait mal qu’on ne lui fasse pas confiance, avec le temps, il s’était rendu à l’évidence et avait accepté la vérité : il avait lui-même créé la méfiance dans sa famille.

Ils étaient ensuite partis pour parler travail, « monde réel » comme le disait la jolie blonde en face de lui. Ça ne lui plaisait pas trop, comme concept. Pas du tout, même. Il rie franchement. S’écraser devant un patron ? Lui ? « Oh oh oh ma chérie, je ne crois pas que je puisse m’écraser devant un patron un jour et si tu veux mon avis cela causera ma perte » répliqua-t-il un charmant sourire sur les lèvres qui lui gravait au coin des yeux des rides d’expressions. « Je sais que je suis capable de grande choses, il faut juste que je trouve un moyen d’y arriver » dit-il, avec son égo surdimensionné. Il comptait bien travailler sur un projet, trouver quelque chose à faire qui peut-être ne l’éloigne pas trop de son monde. « Tu ne t’ennuies pas à servir des poivrots toute la journée ? » demanda-t-il en finissant son verre à nouveau. Il en faisait lui-même un beau, d’alcoolo !

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Ven 28 Avr - 18:26
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Je le regardais de manière très surprise et eu un mouvement de recul de la tête et la secouais un peu lorsqu'il me dit " surtout quand ils planifient de nous tuer ". Oui en effet ce devait être plutôt traumatisant et très désagréable ! Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce qu'il me dise ça comme ça. " En effet, j'imagine que ce doit être beaucoup plus compliqué de faire confiance à sa famille lorsqu'ils sont des meurtriers. " Mais pour lui c'était génétique, ils étaient des vampires, et en plus de ça le meurtre avait l'air d'être un truc propre à sa famille. Heureusement pour moi je n'avais personne de ce genre dans mon entourage, en dehors de lui maintenant. Bien qu'une Santana énervée pouvait être très dangereuse. Dans ma famille biologique non plus on ne parlait pas de ce qui n'allait pas " Si tu n'en parles pas alors ça n'existe pas.. ", continuais-je en partant un peu dans mes pensées, à propos de mon père et du jour où il m'avait jetée à la porte et où je lui avais dis que dans cette famille on enfouissait tous les sentiments qui nous gênaient, mais je pensais ensuite à ce que cette chère Brittany avait dit une fois à propos de la famille et continuais en regardant réellement Klaus à nouveau " Mais dans une famille c'est normal de se battre et de se retomber dans les bras. ".

Un autre client se leva de sa table pour venir régler sa note. Je pris alors son ticket de caisse et recomptais l'ensemble des billets et des pièces, puis lui rendais la monnaie. " Excuses-moi deux petites secondes Klaus ", dis-je en allant chercher les verres qu'il avait laissé sur sa table. Je revenais avec et mis la vaisselle dans le lave-vaisselle. Je répondais ensuite à sa question en évitant d'appeler mes clients " des poivrots " puisque j'étais sur mon lieu de travail. " Non je ne m'ennuis pas. Comme toi certains aiment me raconter leur vie. Parfois on rigole bien, parfois on apprend des choses. Et je ne travaille pas toujours toute la journée. Comparé à d'autres jobs je suis plutôt bien au niveau des horaires car je peux dormir un peu plus longtemps le matin. " et c'était super lorsque je terminais tard et que j'étais fatiguée. Vu ce qu'il me disait, Klaus allait galérer avant de trouver un travail, je le voyais bien dans les affaires, mais souvent dans ce domaine on commençait en tant que larbin et il ne supporterait pas ça. "Je pense qu'à force tu en auras marre. Ce n'est pas pour rien que les patrons en profitent. Mais je ne doute pas que tu termines loin quand même. Tu es bien trop vicieux pour rester en bas de l'échelle. Mais si les patrons essayent d'en apprendre sur toi, comment, avec ton passé, comptes-tu trouver quelque chose ? "
Codes par Pucky

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Mar 23 Mai - 12:33
Une chose qui énervait Niklaus Mikaelson dans les bars, c’était le bruit. Le bruit incessant des discussions, des rots, des cris, des bagarres. Le bruit incessant de la musique trop forte, des verres qui tintent, des commandes passées ici ou là. Niklaus était un homme qui adorait les bars, mais qui détestait tout ce qui les faisait bar. En somme, on pouvait dire que la seule chose qui lui plaisait dans les bars, c’était le fait de boire. Mais Quinn était en train de changer ses habitudes, elle le maintenait dans un état sobre en lui parlant continuellement. Il buvait moins vite qu’à l’accoutumé, où il aurait sans doute été dans un état épouvantable. Sa réaction de surprise face à l’aveu terrible qu’il venait de formuler ne le fit pas du tout réagir. Elle était innocente. Quinn, la jolie barmaid blonde représentait l’innocence. Tout ce qu’il n’était pas, ou en tout cas, tout ce qu’il n’était plus. Elle appuya ses paroles et il hocha simplement la tête, ravi d’avoir enfin quelqu’un de son avis ! Il ne comprit pas la phrase que la jeune fille lâcha ensuite, mais il contînt du mieux qu’il put sa curiosité.
Elle venait juste de partir dans ses pensées. Habituellement, il l’aurait poussé pour qu’elle lui dise tout, quitte à la harceler si besoin était. Mais à part un regard suspicieux, les sourcils légèrement froncés, il ne dit rien, sirotant juste son verre. Normal de se retomber dans les bras ? Vraiment ? « En es-tu réellement sûre ? » demanda-t-il, le regard malicieux. « N’y a-t-il pas des erreurs impardonnables ? » continua-t-il, ravi du tour philosophique que prenait la conversation.

La jeune fille pourtant finit par se désintéresser de lui pour s’occuper d’un client. Il nota qu’elle s’excusait de le laisser en plan, et cela lui suffit. Sa jalousie parfois ne semblait pas avoir de limites, mais l’esprit embrumé par ses deux premiers verres, Niklaus était compréhensif. Chez certains, l’alcool provoquait les pires colères et dévoilait le pire d’un individu. Mais chez lui, le taux d’alcoolémie laissait au contraire entrevoir un homme amusant n’étant jamais satisfait de ses bêtises. Quinn semblait contente de son travail et il était content pour elle. Même s’il ne pourrait pas supporter d’entendre des gens raconter leurs vies misérables. Lui, l’hybride originel, avait (eut) une vie tellement plus trépidante que ces… Ces espèces d’imbéciles. « Ce doit être ennuyant d’entendre un dépressif dire que sa femme l’a quitté… Ou une femme qui n’est pas satisfaite du mari de sa gamine… Ou même un gros lourd qui te drague grassement » finit-il d’un air cynique. Inutile de nier, ça arrivait dans tous les bars.  
Elle lui dit qu’il allait grimper les échelons et Klaus le savait pertinemment. Le commerce. Ça, c’était son truc. Elle rebondit sur son passé et il bassa ses yeux vers l’alcool ambré dans son verre : « Ce n’est pas comme si j’avais des scrupules. Je leurs mentirai. La manipulation, Quinny, il n’y a qu’avec ça que tu peux exister dans le monde ».


Spoiler:
 


_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Jeu 25 Mai - 14:52
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Je réfléchissais quelques secondes à la question qu'il venait de me poser, si il n'y avait pas d'erreurs impardonnables, si certaines erreurs ou certains coups bas pouvaient être oubliés ou au contraire étaient gravés dans la roche. J'essayais de chercher quelque chose que quelqu'un m'aurait fait et qui ne pouvait pas être pardonné, mais je ne trouvais pas. Je secouais la tête après sa question " Non. Je pense que tout peut être pardonné à un moment ou un autre. Le pardon est important pour les deux partis. " Finn m'avait bien pardonnée pour l'avoir trompé avec Puck, et grâce à ça il avait trouvé son âme soeur. En me disant ça je repensais à cette conversation que j'avais eut avec Puck il y a quelques années. " Et puis il y a des erreurs commises qui permettent d'avancer dans notre vie et de nous montrer que ce qu'on avait n'était pas pour nous au final. N'as-tu jamais pardonné quelque chose à ta famille ? "

" Oui parfois la vie des gens ne m'intéresse pas. Mais ça me fait penser à autre chose. Ou alors je fais semblant de les écouter. Je hoche la tête en souriant et j'attends de ne plus entendre un son de voix. " Et oui, même avec la plus grande volonté du monde je ne pouvais pas m'intéresser à tout le monde, et je n'e n'avais pas envie. Après tout, la seule personne qui m'intéressait vraiment c'était moi. Mais entendre les vies misérables des gens me permettait de me sentir un peu mieux par rapport à la mienne, je me disais que je n'étais pas au fond du fond du trou en continuant de creuser, que Dieu avait eut la bienveillance de me donner un peu de chance. " Quand aux gros lourds qui me draguent, et bien je m'en fiche. Ça arrive souvent, c'est vrai, mais dans la vie en générale aussi. et c'est toujours plaisant d'entendre des compliments. Je pars du principe que comme je suis jolie, les gens sont gentils avec moi. "
Si j'avais pu boire au travail, je me serais servis un tequila et j'aurais acquiescé sur ce qu'il venait de dire, puis j'aurais pris une gorgée. A la place je me penchais sur le bar et regardais autour de moi avant de lui répondre. " Je suis totalement d'accord. Manipuler les gens c'est le meilleur moyen d'obtenir ce que l'on veut. "
Codes par Pucky

Hors RP:
 

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Ven 9 Juin - 10:45
Niklaus était un homme qui privilégiait grandement les débats philosophiques. Sans doute était-ce parce qu’il parcourait le monde depuis mille ans et des poussières, qu’il avait rencontré moult philosophes et hommes penseurs et que lui-même s’était souvent adonné à des réflexions telles que celles-là. Ces interrogations de l’existences, Klaus se les posait assez souvent, elles marquaient un peu son quotidien d’une soudaine intelligence. Il passait le temps. Il aurait pu être un bon philosophe s’il n’avait pas été dénué d’humanité. Mais il avait la furieuse impression que depuis qu’il était redevenu humain, soit depuis environs deux ans, ses pensées étaient moins fulgurantes et intéressantes. Sans doute se faisait-il des idées.

Quinn avait une vision humaniste du pardon et forcément, Klaus n’était pas d’accord avec elle. Leurs points de vue étaient sensiblement opposés sur à peu près toutes les questions de l’existence, et l’ancien vampire attribuait cela surtout à sa propre expérience millénaire. Il ne pouvait rien dire pour lui faire admettre qu’elle avait tort, puisqu’il avait déjà fait le tour de la question, et que de toute manière, elle n’allait pas changer d’avis. Du coup, il ne répondit rien. On avait souvent pardonné à Klaus ses écarts et il avait toujours pris soin de détruire le pardon qu’on lui avait accordé un jour. Ses frères et sœurs avaient fait la même chose, la génétique dans leur famille devait sans doute héberger quelques tares. Mais bon. C’était comme ça, ce n’était pas comme si leur famille était normale à la base. Elle lui demanda justement s’il avait déjà pardonné à sa famille leurs frasques et Klaus sourit. « Bien sûr, comme ils m’ont déjà pardonné des bêtises. Mais le constat est toujours le même, on détruit peut de temps après la confiance et le pardon installé, c’est comme ça » répondit-il. Il avait l’impression de commenter la mort d’une gazelle dans un reportage animalier.
La suite de la conversation à la rigueur réjouissait plus Niklaus qui avait l’impression de valoir beaucoup mieux que certaines brutes qui venaient prendre un verre au bar. C’était toujours sympa de dénigrer les autres. « Bonne idée » commenta-t-il lorsqu’elle lui dit qu’elle n’écoutait parfois pas et se contentait d’hocher la tête. Comme une jolie poupée.

Il ricana à ce qu’elle dit. Oui elle était jolie. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle ne pouvait pas tomber sur un abruti. « Méfie-toi ma chérie, un joli minois ne fait pas toujours tout » dit-il simplement. Klaus était ravi qu’ils aient un point de vu similaire concernant la manipulation. Elle était plus facile en tant que vampire mais après tout, il savait quand même très bien manier les mots, il s’en sortira sans problème.

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Jeu 22 Juin - 20:47
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Avec toutes les années qu'ils avaient passés ensembles c'était probablement normal qu'ils se fassent beaucoup de coups bas et qu'ils se pardonnaient et recommençaient encore et encore comme une boucle infinie, aussi éternelle qu'eux. " Mais au final vous vous réconciliez à la fin. N'est-ce pas ça l'essentiel ? Mais je comprends qu'au bout d'un moment tu n'aies plus confiance en eux. C'est normal après tout. " Plus j'y réfléchissais pus je me disais qu'en effet, même si l'on pardonnait on n'oubliait jamais vraiment et la confiance était ébréchée pour toujours. En me remettant avec Finn une seconde fois il n'avait plus cette même confiance en moi. Je ne pouvais que le comprendre. Pour une grosse erreur. Mais Klaus c'étaient d'innombrables " erreurs ". " Et puis il y a une différence entre la confiance et le pardon. Tu peux toujours pardonner mais ne plus faire confiance. "

J'émettais un très léger rire en baissant le regard puis le relevais vers lui alors qu'il me disait que j'avais raison de faire ça. J'étais peut-être barmaid mais je n'étais pas psychologue, et je trouvais que les gens qui passaient par l'alcool pour oublier leurs problèmes étaient assez pathétiques. " Entre nous. Certains mériteraient un coup de pied au derrière pour se bouger un peu et reprendre leurs vies en main. " Et ça, Sue le sait ! C'était peut-être à cause d'elle que je pensais ainsi, en tous cas un petit peu, mais Sue Sylvester était très douée pour mettre des coups de pieds au cul des gens et pour les remotiver. Elle me manquait beaucoup elle aussi, même si elle était tarée. " Les gens sont toujours plus sympathiques et attentifs aux gens beau et avec une allure soignée, plutôt que quelqu'un de moche et peu soigné. Et je suis toujours partie de ce principe, comme je suis jolie les gens sont plus gentils avec moi. Ça sonne très superficiel. "
Codes par Pucky

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Ven 23 Juin - 14:52
Au final, si son arrivée dans cette ville stupide agaçait profondément l’hybride (et elle l’agaçait surtout parce qu’il était profondément inutile entre ces parterres de béton), elle avait au moins eut le mérite de lui faire rencontrer des personnes particulièrement intéressantes. Lydia se bataillait facilement la première place avec Quinn. Les deux jeunes femmes étaient d’ailleurs sensiblement similaires. Sur leur façon de penser, du moins et Niklaus se plaisait à converser avec elles de choses qu’elles ne parvenaient pas à saisir. Elles avaient du mal avec sa psychologie et ça l’amusait beaucoup d’exploiter ces zones d’ombres qui leurs échappaient. Il s’amusait bien, avec elle. Tout aurait été mieux si le reste de sa famille avait été là. À défaut d’avoir son frère Elijah, Klaus avait sa sœur, Rebekah. Mais sans doute le manque le plus important pour lui était celui de sa fille, Hope. La petite fille lui avait fait relativiser sur toute sa vie. Il avait réalisé l’ampleur du monstre qu’il était devenu, avait tout fait pour changer réellement. Et il s’en voulait presque d’être encore séparé d’elle. Une ombre apparue sur son visage tandis qu’il se rapetissait presque sur lui-même, pensif, n’écoutant qu’à moitié les paroles de la jolie blonde. Jolie blonde qui lui rappelait Camille. Il dû faire un effort considérable pour masquer sa peine et se replonger dans son verre et dans cette délicieuse conversation. « C’est ça » répondit-il simplement. Il hocha la tête pour marquer son approbation sans continuer là-dessus. Il savait bien qu’il avait fait des erreurs, même s’il ne risquait pas de les admettre à voix haute. Foutue fierté.

Il eut un léger sourire face à la réplique de la barmaid. Il ne manquerait plus qu’ils s’occupent du problème des autres. Aider quelqu’un était un concept qui le dépassait complètement. Il avait du mal avec la façon même de faire. Il avait du mal avec l’idée de l’aide. Pour lui, il y avait toujours cette affreuse contre-partie qui ne rappelait que trop bien la nature pourrie de l’être humain. Niklaus était né à une époque où on n’obtenait rien si l’on ne donnait rien. Il avait été élevé avec cette idée de sacrifice et les époques qui s’étaient succédée témoignaient bien de cette face-là de l’humanité. « Si nous devions nous occuper des problèmes de chacun, nous ne nous en sortirions pas » commenta-t-il en tournant la tête vers un lourdaud attablé aux bar et qui semblait loucher beaucoup trop sur la tunique de la jeune femme. S’il continuait de loucher autant sur elle il risquait de découvrir le goût du bois sous peu.
Elle continuait sur la beauté et ce que cela lui apportait tandis que l’ancien Originel levait un sourcil amusé : « Au moins, tu es consciente de tes qualités ». C’était petit, peut-être un peu railleur mais Klaus n’avait pas pu s’en empêcher. « Tu peux me servir un bourbon, s’il te plaît ? » demanda-t-il en veillant à être poli pour qu’elle accède à sa demande. « En tout cas, l’alcool était meilleur dans les années 1800 » finit-il, un léger air malicieux accompagnant sa phrase.

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Sam 24 Juin - 20:31
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Je remarquais bien son air un peu triste et déprimé, l'espace d'une seconde, et il me demandait ensuite un autre verre. Je prenais son verre et lui servais un double, je le compterais comme un simple. " Tiens c'est cadeau. " Un client bien servit était un client fidèle. Même si je me disais qu'il reviendrait dans ce bar à coup sûr, que je le reverrais traîner dans les parages.
Je hochais la tête,avec les yeux bien écarquillés, regardant son verre. " C'est clair ! J'ai déjà du mal à gérer les miens, alors je ne vais pas m'occuper de ceux du reste du monde, qui sont bien souvent moins problématiques que mes ennuis à moi. " Les gens ne se rendaient jamais compte en exposant leurs problèmes que ceux des autres pouvaient être plus gros, plus importants, et que les-leurs étaient insignifiants en comparaison. " J'veux dire. On vient d'un autre monde toi et moi ! On n'a pas choisit d'être ici et on est coincés ! Ça c'est un sacré problème. " On vivait sans nos amis ou notre famille, loin de chez nous, et on avait dû apprendre à recommencer notre vie presque à zéro, ou juste à accepter que ce qu'il se passait faisait partit de notre vie. Alors les problèmes des alcooliques, je m'en tapais bien !
Je remarquais que Klaus tournait la tête et fixait un autre homme, je relevais les yeux sur l'autre client et fronçais doucement les sourcils et regardais à nouveau Klaus. " Tout comme tu dois être au courant des tiennes. J'imagine que l'alcool était meilleur car il était plus fort. "
Codes par Pucky

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Jeu 13 Juil - 10:55
S’il y avait bien quelque chose qui faisait autant plaisir à Klaus qu’un Royaume sans contestataires, c’était un verre d’alcool gratuit. Et Quinny venait justement de lui faire plaisir en lui en offrant un. L’alcool effaçait tous les maux et il savait qu’il fera s’évaporer ses sombres pensées. Il ne savait pas si elle faisait ça parce qu’elle avait vu une ombre passer sur son visage, ou juste parce qu’elle était adorable. Le résultat de toute manière, était le même : il avait un verre gratuit entre les mains qu’il commençait déjà à le boire. Parler de ses problèmes était, selon à peu près tout le monde, quelque chose qui aidait. Cela n’aidait pas Klaus. Cela lui donnait l’impression d’être faible, encore plus différent et monstrueux qu’l ne l’était déjà. Il n’aimait pas parler des problèmes des gens, il n’était pas psychologue. Travailler dans un bar comme la jolie Quinn et devoir écouter les problèmes du monde lui aurait fait exploser une bouteille sur la tête d’un abruti. « C’est parce qu’ils sont à toi qu’ils te semblent moins problématiques » nota Klaus avec un sourire provocant. Mais la jeune fille explicita sa pensée et l’ancien hybride acquiesça : « Je crois qu’on peut dire en effet qu’il s’agit là d’un sacré problème ».
Pendant quelques secondes il ne dit rien. Ils vivaient tous suspendus avec l’idée qu’ils allaient finir par rentrer chez eux, qu’ils allaient disparaître de ce monde étrange pour reprendre leur vie d’avant. Mais était-ce seulement possible ? Lui, qui était un Originel, allait-il retrouver les mêmes pouvoirs que ceux qu’il avait avant d’être envoyé ici ? La réponse, inquiétante, ne lui plaisait pas trop. « Penses-tu que nous retournerons un jour là-bas ? » lui demanda Klaus, bien brusquement. Il avait sans doute besoin d’une lueur d’espoir dans son quotidien bien monotone.
Quinn revînt sur les qualités et Klaus détourna sa tête du visage du lourdaud qui louchait sur la jolie blonde : « Mais je n’ai que des qualités, voyons » répliqua-t-il moitié provocateur moitié sincère. Le narcissisme de Niklaus n'avait aucune limite, tout comme son côté un peu dandy concernant l'alcool. L’alcool au XVIIIème, c’était quelque chose, quand même : « Oui, mais je ne sais pas il y avait quelque chose en plus. Là, j’ai presque l’impression que c’est chimique ».

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Jeu 13 Juil - 20:52
Retrouvailles Entre Deux Verres de Scotch
Quinn & Niklaus
Il avait l'air assez content du verre que je venais de lui offrir, ça me fit plaisir aussi. Un client arriva et me demanda un Coca, je lui servit alors sur le bar, j'allais d'abord chercher la bouteille au frais, prenais un verre, y mettais deux glaçons et hop, un Coca pour lui ! J'écoutais toujours Klaus me répondre. " Toi et moi on a à peu près les mêmes problèmes. Ne penses-tu pas que nos problèmes sont plus importants que celui d'un type qui est largué par sa femme ? Ou qui perd son travail ? Après tout, nous on a été séparé de toutes les personnes qu'on aime, on a été dispatché partout dans New York. Certains d'entre nous n'ont pas retrouvé rien qu'une personne de leurs monde. On a aussi perdu notre travail, enfin toi tu n'en n'avais pas mais bon, tu vois ce que je veux dire. " Je me demandais si un jour ils arrêteraient de me manquer, mes proches. Je le regardais en cherchant une bonne réponse à lui donner, moi-même je ne savais pas trop quoi penser, mais il fallait toujours essayer d'être un peu optimiste parce que ce n'était pas avec de la négativité qu'on arriverait où que ce soit. " Oui. ", lui répondis-je en hochant la tête. " On était dans un monde et maintenant on est ici. Je suis passé d'un monde sans magie à un autre. Il doit y avoir une raison logique. Et je suis sûre qu'au bout d'un moment on se réveillera dans notre maison ou notre appartement, dans notre monde. Et ce jour-là j'espère qu'on se retrouvera au même moment où l'on en est partit. " J'espérais vraiment ce que je disais mais peut-être étais-je trop optimiste, parce que la vie était juste une bonne connasse qui aimait nous mettre à l'épreuve continuellement.
Lorsqu'il me dit qu'il n'avait que des qualités ça me fit sourire, me changea un peu les idées et me rire. " Bien sûr ! Une de tes meilleures qualités étant d'effrayer les filles dans le métro ou dans le parc ! Et puis, par rapport au Whisky, tout est chimique maintenant. ".
Codes par Pucky

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Sam 15 Juil - 17:01
Quinn explicita le fond de sa pensée tel que Klaus l’attendait. Elle n’avait pas tort, bien entendu. Sa dernière phrase le fit sourire. Elle avait raison, mais on avait si souvent dit à l’hybride qu’il en faisait des caisses avec ses problèmes qu’il en était arrivé à relativiser sur le gros qui lui était tombé dessus deux ans auparavant. Il haussa les épaules. « Tu as raison, mais si nous devons rester ici, force est de constater que nous n’avons pas trop de problèmes. On refait notre vie, et voilà » lui dit-il pas complètement convaincu par ses paroles. Klaus voulait revoir sa petite fille. Il voulait la revoir et il savait que cette pensée allait le hanter tout le reste du temps.
Il continua de boire son verre gratuit en écoutant les paroles rassurantes de Quinn. Il espérait qu’elle avait raison. Mais d’un autre côté, il serait assez triste de ne plus la voir une fois de retour chez lui. « Si tu le dis » répondit-il guère convaincu pourtant pas ses paroles rassurantes. Le temps devait découler comme le temps d’ici. Il se voyait perdre des années avec sa fille et certains là-bas devaient penser qu’il était parti en les abandonnant. Il ne supportait pas son idée

Bon, il ne plaisantait qu’à moitié sur ses qualités. Aussi il leva les yeux au ciel d’un air presque timide, l’air de dire « je ne vois pas de quoi tu parles ». « Je ne les effraie pas tant que ça puisqu’elles en sont réduites à me servir gratuitement un verre » dit-il avec un sourire mesquin.
Sa remarque sur l’alcool chimique lui arracha une grimace qui lui fit poser son verre sur la table : « C’est bien trop vrai, hélas ».

Spoiler:
 

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Mer 19 Juil - 22:04
Je hochais la tête en le regardant et lui répondais alors " Oui bien sûr qu'au bout d'un moment on est bien obligés d'accepter ce qui est arrivé et de refaire notre vie, mais ce n'est pas pour ça que c'est facile. Les gens naissent et se créent un futur. Nous on doit tout commencer alors qu'on a déjà bien commencé notre vie, là on repart de zéro. La plupart des gens n'ont pas ce problème. " Tout était plus compliqué pour nous, j'aimais l'adversité, ça nous rendait plus fort à la fin, mais parfois ça me fatiguait quand même un peu. La vie ici était difficile et il fallait regarder la réalité en face, on n'était pas dans les quartiers riches et nos comptes en banque tout frais n'étaient pas remplis d'assez de zéros pour pouvoir nous offrir une vie excellente. " A ton avis, le gouvernement arrêta-t-il de nous aider comme il le fait et est-ce qu'il nous laissera dans la merde ? " En soit moi je travaillais donc je pourrais payer mes factures, mais Klaus lui n'avait rien pour le moment. Ce serait normal qu'au bout d'un moment le gouvernement n'en n'ait plus rien à faire de nous et nous laisse nous débrouiller dans cette nouvelle vie.
Je souriais en baisant les yeux puis les relevais et lui répondais " C'est vrai, mais elle devrait toujours se méfier quand même un peu. Et à vrai dire tu es la seule personne avec qui je puisse réellement avoir une discussion intéressante, ou juste la seule personne que je connaisse ici. " Ça sonnait vraiment pathétique, ça me donnait envie de boire, malheureusement je ne pouvais pas. Je me retournais vers l'horloge accrochée derrière moi et soupirais, j'en avais encore pour un moment.

[ Oui je pense ]

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Ven 21 Juil - 13:50
Niklaus buvait les paroles de Quinn comme il s'enfilait son verre de scotch. Elle avait raison. Mais repartir de zéro était aussi une bonne chose. Combien de fois en mille ans était-il reparti de zéro ? La lointaine voix de sa conscience lui fit remarquer qu'il repartait de zéro mais habituellement avec une base familiale. Techniquement, Rebekah était là, donc il avait sa base familiale. Mais cela c'était une fois encore mal passé avec elle. Il ne regrettait pas, parce qu'il avait toujours été égoïste et qu'il n'avait jamais accepté qu'un homme puisse être proche d'elle. Personne ne la méritait, ça non. Mais sa soeur l'avait du coup mit à la porte, elle avait osé faire ce qu'elle n'avait jamais fait auparavant.
Elle lui posa une question à laquelle il ne fit qu'hausser les épaules de prime abord. "Je n'en sais rien. Je suppose qu'ils vont en avoir marre de nous considérer comme des pupilles". Pour l'une des premières fois de sa vie, Niklaus se fichait bien de savoir ce qui allait lui arriver, comment il allait finir. Il n'en avait rien à faire. Ce n'était pas comme si quelqu'un dans cette ville allait le pleurer de toute manière.
Quinny lui dit qu'il était le seul avec qui elle puisse avoir une conversation intéressante et il eut un sourire mais ne répondit rien. Il en avait pourtant des choses à dire pour flatter son égo surdimentionné mais il ne voulait pas qu'elle revienne sur ses paroles et le vexe. Alors il botta en touche : "Il faut deux personnes pour faire une conversation intéressante".

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Sam 22 Juil - 0:13
" J'espère qu'ils n'en n'auront pas marre de nous avant un bon moment. ", lui répondis-je alors en me servant un verre d'eau au robinet. " Parce que même si ce n'est pas de leur faute si on est là, c'est quand même à eux de prendre soin de nous en tant que visiteurs. Enfin j'sais pas, ça me paraît normal. " Nan ce n'était pas plus normal que ça, mais je préférais me dire ça plutôt que de me dire l'inverse, que le gouvernement nous laisserait tomber et qu'on finirait nos jours ici, loin de notre famille. Je n'avais aucune envie que ça arrive, personnellement, et je savais que lui non plus. Parce que l'on ne devrait pas être ici, on devrait être dans nos mondes, lui avec sa petite fille et sa famille, et moi avec la mienne.
Je lui souriais en buvant une gorgée dans mon verre et lui répondis " C'est vrai. Et avec qui d'autres papotes-tu comme ça sur les choses existentielles que la vie nous apporte ? ", demandais-je un peu curieuse, contente quand même qu'il ne me dise pas que le plaisir n'était pas partagé.

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Lun 24 Juil - 16:08
Klaus hausse les épaules, la mine un peu déconfite. Il a finit par s'habituer à devoir se débrouiller seul, dans ce monde ou ailleurs, c'est pareil, non ? Sérieusement, il était né dans les années 1000, à une époque dangereuse et violente et il avait survécut. Ce monde-ci n'allait pas faire exception. "Je m'en sortirai" dit-il jouant avec les glaçons au fond de son verre. "Je suppose qu'ils veulent que l'on apprenne à se débrouiller par nous-même, après tout, beaucoup de gens sont seuls au monde et doivent apprendre à s'en sortir sans aide" continue-t-il sans laisser guère de sentiments traverser sa voix. Il n'a pas grand chose d'autre à faire. Il n'est plus chez lui, ne voit pas sa fille grandir. Il ne voit plus rien du tout, n'est plus personne. C'est dur de s'y habituer mais cela viendra peut-être un jour. Il doit apprendre à se détacher de son passé et de sa vie d'avant pour repartir de zéro. Peut-être est-ce la chance de sa vie, au final ? Rebekah avait tant rêvée de cela, et cette idée saugrenue avait toujours dépassé l'ancien hybride. Rien que l'idée qu'il meure dans quelques années lui donne des sueurs froides...
La jolie blonde se fait curieuse et lui demande avec qui d'autre il papote ainsi. Klaus lui offre un sourire narquois et pose son coude sur le bar dans une posture nonchalante : "Tu es jalouse ?" demande-t-il, provocateur. Oh, il aurait bien aimé qu'elle le soit ! Mais il ne se fait pas d'illusions. Aussi ravissante soit-elle, il n'a aucune chance. "Principalement avec Lydia Martin" lui répond-il enfin en passant une main dans ses cheveux blonds. "Je vous trouve assez similaires, je ne sais pas si tu la connais".

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Ven 28 Juil - 17:46
" Ça ne m'étonnerait pas de toi. Vu ton âge tu dois savoir comment falsifier des papiers et tout ça. La paperasse j'imagine qu'elle ne te dérange plus depuis un long moment. Mais par exemple juste pour une carte d'identité il faut un justificatif de domicile. Je me vois mal aller en Ohio pour leur demander. Pour une vraie je parle. " Parce que je savais très bien comment en avoir des fausses, j'en avais une dans mon monde pour pouvoir boire de l'alcool tranquillement. " Emily Stark. Barely legal. " cette phrase me faisait sourire en me rappelant les quelques soirées bien arrosées que j'avais passé sous cette identité. " Je sais qu'on peut s'en sortir sans eux, mais je ne veux pas qu'ils nous laissent car je ne veux pas terminer ma vie ici sans jamais revoir mes proches autrement que sur des DVDs ! " Le dire à voix haute me faisait assez mal au coeur, mais j'essayais de ne pas le montrer.
" Non je ne suis pas jalouse, je me pose juste la question. Qui as-tu traqué dans la rue qui est assez fou pour continuer de papoter avec toi ? Et oui je connais Lydia, je l'ai croisée une fois, il y a pas mal de temps maintenant. Une gentille fille, mais en quoi sommes-nous similaires ? "

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Ven 4 Aoû - 0:33
"Falsifier des papiers ?" reprend Niklaus en gloussant d'un air agaçant. "Nul besoin que je falsifie moi-même des papiers lorsque j'étais un vampire ma chérie, j'hypnotisais quelqu'un pour qu'il le fasse à ma place" reprit-il d'un air presque de reproche. Il l'écoutait cependant parler, parce que ses paroles le raccrochaient dramatiquement au monde réel, monde auquel il ne commençait qu'à peine à s'habituer. "On finit toujours par se débrouiller !" répond-il, désireux de clôturer une conversation qu'il ne pouvait maîtriser.
Niklaus ne suivit pas son raisonnement sur les DVD's et il l'interrogea donc du regard. Ca ne lui viendrait même pas à l'idée de faire cela... Se voir, à la télé, alors que sa vie défilait ? Non ! Jamais de la vie ! Sa vie était personnelle et il avait déjà bien du mal à se faire à l'idée que tous le monde ou presque la connaissait. Heureusement, personne ne connaissait ses ressentis sur les différentes situations.
Elle continua sur une note joyeuse, et il lui offrit un gentil sourire : "Lydia" répondit-il simplement. "La première fois que je l'ai vu, je lui ai bondit dessus... Sans dommage, bien entendu, j'ai vite comprit que j'avais un problème au niveau de mes crocs. Mais elle doit être aussi folle que toi, sans doute" continua-t-il, joueur. Quinn lui demanda en quoi elles étaient similaires et il hocha la tête sur le côté. Physiquement, il n'y avait pas grande ressemblance. Par contre au niveau du caractère ... "Je vous trouve toutes les deux très ouvertes d'esprits, tolérantes. Courageuses ou téméraire, peut-être et sans doute un peu folles" dit-il d'un air poétique, satisfait de la tournure qu'il devait de donner à sa phrase. "Discuter avec vous deux me fait réaliser que vous êtes proches et que vous ne vous en rendez même pas compte".

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 787
♣ Date d'inscription : 13/01/2016
♣ Localisation : New York
Mar 22 Aoû - 22:54
J'arquais un sourcil alors qu'il me disait qu'il n'avait qu'à ordonner aux autres de faire ce qu'il ne savait ou ne voulait pas faire, j'avais bien remarqué son ton mais n'y prêtais pas plus d'attention, je lui répondais néanmoins " Oui mais ici tu n'as plus tes pouvoirs. ", lui rappelais-je, toujours en le regardant de la même manière. J'allais lui répondre qu'il faudrait donc qu'il se débrouille tout seul, mais il devait déjà s'en douter lui-même de toutes façons, ça ne servirait à rien d'appuyer ce point. Il était facile de prétendre savoir faire de faux papiers mais encore fallait-il réellement y arriver. " Mais je pense que l'état nous en fournira. Après tout ils ne peuvent pas nous laisser comme ça sans des papiers d'identités. ".
Il n'avait pas l'air de me suivre alors que je lui disais que je voulais revoir mes proches autrement qu'à la télévision alors qu'eux ne pouvaient pas me voir, et en plus ma série était terminée alors je ne verrais que le passé, ce que je connais déjà. Je soufflais doucement en secouant la tête. " Nan rien, laisses tomber. Ce n'est pas important. " C'était assez pathétique, je ne voulais plus y penser.
Je le regardais alors assez amusée en me demandant toujours ce qu'on avait en commun elle et moi, je ne l'avais vue que très rapidement dans le parc, je ne la connaissais pas. " En quoi suis-je folle ? ", lui demandais-je étonnée qu'il me dise ça, je ne me sentais pas folle du tout, en dehors du fait de rester à parler avec lui malgré ce que je savais sur lui. " Je ne la connais pas très bien, je ne peux donc pas m'en rendre compte. "

_________________
★ You Can't Change Your Past, But You
Can Let Go And Start Your Future ★
" Les reines de bal vivent, en moyenne, cinq années de plus que les personnes normales. Peut-être parce qu'elle sourient tout le temps. "

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♣ Messages : 1077
♣ Date d'inscription : 10/07/2015
♣ Localisation : Nouvelle-Orléans
♣ Double compte : Non.
Jeu 24 Aoû - 1:48
La remarque de Quinny passa à la trappe comme le bruit d'une mouche près de son oreille. Niklaus n'aimait pas qu'on lui rappelle cette douloureuse vérité et il préférait ne pas s'attarder plus longtemps. Il écouta ses espoirs en répondant par un haussement d'épaule. Il avait apprit à ne plus rien attendre de l'état de toute manière.
Bien qu'il n'aimât pas ne pas comprendre une situation, la barmaid ne semblait pas vouloir s'étendre dessus et Klaus, aussi incompréhensif pouvait-il être face à des sentiments bien simples, préférait largement ne pas savoir que demander pour ne toujours pas comprendre. Parce qu'il savait que cela allait être comme cela. Il préférait largement la titiller en la traitant de folle. "Eh bien je pense m'être suffisamment attardé là-dessus" releva-t-il en arquant un sourcil, "tu t'es approchée de moi alors même que je clamais être un meurtrier. Je ne sais pas comment je peux nommer cela, à part la folie ?". Il leva innocemment les mains et regarda l'horloge qui se trouvait derrière la jeune femme. "Je dois filer" commenta-t-il en se levant. Il sortit de sa poche l'argent pour payer qu'il laissa sur la table. Il y avait dedans un généreux pourboire. "Tu es la seule à qui je laisse un pourboire tel que celui-ci" l'informa-t-il pour lui faire comprendre sa chance. Il lui offrit un léger sourire avant de la saluer pour partir : "Bonne fin de journée, ma chérie".

_________________

Klaus Mikaelson
"Ce sont les détails qui font les légendes"

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

"Retrouvailles entre deux verres de scotch" [Quinn & Niklaus] FINIT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Welcome to New York
 :: The Diamond
-
Sauter vers: